Les effets du cycle menstruel sur la peau

À chaque étape du cycle menstruel, les hormones produites par le corps affectent la peau de différentes façons. Phytoceutic décrypte pour vous les quatre phases du cycle menstruel, leurs conséquences sur l’épiderme, et les ajustements à apporter à votre routine pour une jolie peau tout au long du mois.

femme miroir creme visage belle peau

De la puberté à la ménopause, chaque mois les femmes font l’expérience du cycle menstruel. Règles douloureuses, syndrome prémenstruel plus ou moins marqué : les troubles du cycle peuvent être nombreux et plus ou moins handicapants d’une femme à l’autre. Ils peuvent heureusement être soulagés de manière efficace et naturelle, grâce à la phytothérapie.

Mais les sautes d’humeur, la perte d’appétit ou la sensation de fatigue ne sont pas les seules conséquences des variations hormonales de l’organisme. A chaque grande étape du cycle, la peau est également affectée, et nécessite différents besoins selon les semaines.

femme epuisee couchee canape 

Première étape : la phase menstruelle

La phase menstruelle est la première du cycle menstruel et sans doute la plus connue. Il s’agit tout simplement de la période des règles : 3 à 7 jours durant lesquels la muqueuse utérine se délite et s’évacue sous la forme de saignements plus ou moins abondants.

Durant cette phase, les taux d’hormones sont au plus bas, et de nombreuses femmes font l’expérience de douleurs pelviennes ou lombaires, de troubles digestifs, ou encore de fatigue ou de migraines menstruelles.

Les symptômes cutanés pendant les règles

Pendant les règles, la peau est plus sensible et plus sujette aux réactions inflammatoires. La baisse d’hormones est également liée à une circulation sanguine ralentie, ce qui cause une baisse d’hydratation et un teint plus terne.

Vous aimerez aussi : Confort menstruel : Nos solutions naturelles pour soulager les troubles du cycle

La routine à adopter durant les règles

Pour minimiser les réactions inflammatoires de la peau, on lève le pied sur les produits laitiers, l’alcool, et le café. On mise plutôt sur du « bon » gras, avec des aliments riches en Oméga 3 : poisson, noix, avocat, huiles végétales…

Côté skincare, cap sur l’hydratation avec une crème gorgée d’eau à la texture non grasse, qui viendra apporter souplesse et confort à la peau sans risquer d’obstruer les pores.

femme metisse peau hydratee

Deuxième étape : La phase folliculaire

Durant la phase folliculaire, l’organisme prépare l’ovulation, en produisant l’hormone folliculo-stimulante (FSH), qui stimule les ovaires pour produire l’œstrogène.  Pendant cette période, le corps met toutes les chances de son côté pour favoriser une potentielle grossesse.

Le taux d’hormone augmente progressivement jusqu’à produire un pic un jour avant l’ovulation, qui a généralement lieu autour du 14e jour du cycle.

Les symptômes cutanés durant la phase folliculaire

Durant cette phase, la peau rayonne ! Sous l’effet de l’œstrogène, la circulation sanguine est activée, le teint lumineux, et la peau tonique. C’est d’ailleurs un état qui se répercute sur le reste de l’organisme : du 5e jour au 14e jour du cycle, on se sent bien sur le plan physiologique, et l’énergie est au beau fixe.

La routine à adopter durant la phase préovulatoire

La peau étant la plus réceptive aux soins durant la phase folliculaire, c’est le moment ou jamais de la chouchouter avec des masques nourrissants et des gommages doux qui vont éliminer les cellules mortes et illuminer le teint. Profitez également de cette phase pleine d’énergie pour faire du sport : la transpiration est très bénéfique à la peau !

femme souriante creme sur le nez

Troisième étape : La phase ovulatoire

À ce stade du cycle, l’afflux d’œstrogène provoque un pic d’une troisième hormone : la LH, ou hormone lutéinisante. C’est cette hormone qui conduit l’ovaire à libérer un ovule mature. Sur un cycle classique de 28 jours, l’ovulation intervient généralement autour du 14e jour.

Les symptômes cutanés durant la phase d’ovulation

Durant cette phase du cycle, la peau est boostée par les hormones et se porte généralement bien. Elle est souple, lisse et élastique : c’est la conséquence de l’œstrogène, qui participe à la production naturelle de collagène. Néanmoins, les peaux acnéiques peuvent voir apparaître plus d’imperfections, du fait de l’augmentation du taux de testostérone.

La routine à adopter pendant l’ovulation

Comme durant la phase préovulatoire, c’est une bonne période pour s’offrir des soins visage et appliquer des crèmes nourrissantes. Si on a une peau grasse ayant tendance aux boutons et aux points noirs, on fera néanmoins attention à minutieusement nettoyer sa peau et à soigner son hygiène de vie.

femme bouton points noirs


Quatrième étape : La phase lutéale

Cette période, également appelée phase post-ovulatoire, est la dernière du cycle. Le follicule ayant donné lieu à l’ovulation va se décomposer en corps jaune, qui sécrète la progestérone. Le but de cette hormone est de renforcer la muqueuse utérine et préparer la nidation de l’œuf en cas de fécondation. En cas de grossesse, le corps produira alors l’hormone gonadotrophine chorionique humaine (la fameuse HCG, qui est détectée par les tests de grossesse.) En l’absence de grossesse, le corps jaune s’atrophie et les taux d’hormone baissent progressivement jusqu’au déclenchement des règles, et le début d’un nouveau cycle.

Les symptômes cutanés durant la phase post-ovulatoire

À la chute des hormones, les glandes sébacées produisent du sébum en excès. La peau est plus grasse, brillante et luisante : les pores ont tendance à s’obstruer, formant alors des comédons. C’est ce qui explique pourquoi on a souvent une poussée d’acné dans les quelques jours précédant les règles.

La routine à adopter pendant la phase lutéale

Afin de rééquilibrer la peau en proie à la chute d’hormone, cap sur une hygiène irréprochable. Matin et soir, on veille à nettoyer soigneusement sa peau avec un savon antibactérien doux, et à bien démaquiller sa peau même si on ne porte pas de maquillage.

Enfin, au niveau de l’alimentation, on limite au maximum sa consommation de sucres raffinés, qui ne font pas bon ménage avec l’acné. En cas de fringale sucrée, on peut les substituer par des édulcorants naturels qui n’auront pas les mêmes conséquences sur l’épiderme !
Notre site utilise des cookies, pour améliorer votre expérience telle que la saisie automatique
You have successfully subscribed!
This email has been registered